Il était une fois en pays de Cornouaille...

 

Cet article pourrait commencer ainsi et on serait en droit de penser "chouette, un conte de fée!". Sauf qu'à l'A.T.D. du pays de Cornouaille, il y a des faits qui ne compte pas pour du beurre. 

Très récemment, un agent nous à rapporté que pendant son astreinte, l'encadrant, n'a fait sortir que son collègue pour une intervention nécessitant d'être présent sur l'accotement et de manipuler des objets lourds.Ce n'est pas un fait isolé car cet encadrant est coutumier de ne faire sortir qu'un seul agent d'astreinte sur la voie publique et de mettre sciemment en danger la santé et même la vie des agents en dépit de toute recommandation ainsi que du bon sens.

Même s'il n'est pas facile d'obtenir de chiffres précis (notamment au CD29), voici à titre d'exemple: entre janvier et mars de cet année, 11 véhicules de la D.I.R.O. (direction interdépartementale des routes ouest) ont été percutés et un agent blessé. On ne compte plus les campagnes de préventions qu'elles soient nationales ou départementales et la sécurité des agents reste le mot d'ordre dans encore de nombreux centres d'exploitations. 

Alors pourquoi ce Responsable de Centre d'Exploitation s'obstine-t-il à faire preuve d'aussi peu de professionnalisme?La rémunération des heures supplémentaires sort-elle de sa bourse? Veut-il diminuer le nombre d'agents d'astreinte voire les supprimer ? 

En tout cas, il est plus que temps que ce genre de comportement ignorant ce qui ce passe réellement sur le bord de nos routes cesse! La DRID ne peut pas laisser ces erreurs ce reproduire et doit agir en conséquences.

Depuis la suppression pure et simple des réunions entre centres dans cet ATD, il est plus difficile d'y dénoncer les dérives existantes, alors si vous croisez vous aussi des encadrants peu impliqués dans la sécurité au travail, faites nous parvenir vos expériences.

Doit-on oublier que la routes est un endroit dangereux qui fait des milliers de victimes tout les ans et croire qu'on peut y travailler les yeux fermés?

 

Sur la route, restons unis!

 

agent fatigué

 

Pour comprendre ce que vivent nos collègues les travailleurs des routes,

voici un exemple possible de la journée d'un agent en astreinte :

Jour 1 :

  • 8h00 : Prise de service au Centre d'Exploitation jusqu'à 12h00
  • 12h00 : Intervention de service public jusqu'à 13h30
  • 13h30 : Repos jusqu'à 14h15 (45 mn minimum légal au Conseil Départemental)
  • 14h15 : Reprise de la journée de travail jusqu'à 17h30
  • 17h30 : Interventions de service public
  • 22h00 : Fin d'intervention et repos

Jour 2 :

  • 5h00 : Intervention de service public jusqu'à 8h00
  • 8h00 : embauche au Centre Exploitation
  • 17h30 : débauche du Centre

 

cantonnier

 

 Conclusion : le jour 1 c'est 14 heures d'amplitude horaire (avec pause repas de 45 mn) puis 7 heures de repos avant d'attaquer la 2e journée de 8h de travail effectif minimum et sans intervention pour une indemnité d'astreinte de 10,75 € brut...

Comment améliorer les conditions de travail ? Depuis 2015, des Centres d'exploitations ont été fermés, permettant des suppressions de postes

Recruter du personnel supplémentaire permettrait d'assurer les astreintes et d'avoir une organisation moins sollicitante pour les agents.

Un agent qui rentre après deux journées citées en exemple plus haut, (qui a eu une intervention sur un accident de la route dans la nuit) est-il encore capable physiquement et mentalement d'assurer sa mission ? Il peut se mettre en danger et mettre en danger les autres...

La gratification de 10,75 € brut pour l'astreinte couvre-t-elle les contraintes et le préjudice pour la vie privée ?

 

Des femmes et des hommes,

 

au service des Finistériens...

 

un service Public aux Finistèriens en déroute !

 

 

astreinte

 

Pétition papier et en ligne

 

ICI

 

Brèves

Ambroise Croizat au Panthéon

 

Signez la pétition

 

Il y a cent vingt ans ans, le 28 janvier 1901, naissait Ambroise Croizat. La France lui doit l’une de ses plus belles créations collectives : la Sécurité sociale. Il en fut la cheville ouvrière et le principal bâtisseur, en tant que ministre du Travail au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Ambroise Croizat

https://www.humanite.fr/ambroise-croizat-au-pantheon

Derniers articles

Fédération CGT des Services Publics

Fil d'actualité introuvable

Un peu de lecture, de cinéma

Macronavirus : à quand la fin ?

Copyright © 2021 Cgt Conseil départemental du Finistère - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public